IMG_3402_1

IMG_3406_1

IMG_3253

Restaurant Ständige Vertretungen

Après avoir déposé nos bagages à l'hôtel Luise, nous nous promenons le long de la Spree en quête d'un lieu où dîner et empruntons la rue Schiffbauerdamm où se trouve de nombreux restaurants. Un poster du mythique Joseph Beuys affiché dans une  brasserie attire notre attention ainsi que les nombreux clients  debout à l'entrée du bar ou attablés dans la salle. Nous découvrirons un peu plus tard que Le Ständige Vertretungen n'est pas un restaurant comme les autres ! Nous comprenons que cet endroit fut un lieu où se rencontraient officieusement les représentants du pouvoir de la République Démocratique Allemande (ex RDA) et de la République Fédérale d'Allemagne, les Représentations Permanentes, comme en attestent les photos des hommes politiques accrochés partout sur les murs. 

Ce qui frappe à Berlin, c'est l'omniprésence de l'Histoire, de la Guerre, et du Partage du pays en deux.

Pour plus de compréhension, je vous invite à lire cet extrait de l'article "Territoire(s) et Identité(s) en RFA et RDA : approche sémantique d'une réalité historique" publié en ligne par Hélène Yèche

"Une autre preuve de ce refus du partage de la nation figure encore au chapitre constitutionnel de la République Fédérale : la loi fondamentale (Grundgesetz) renforça de manière officielle ce sens du provisoire. L'ordre constitutionnel allemand reposa jusqu’en 1990 sur la loi fondamentale du 23 mai 1949, qui permettait aux Länder des trois zones occidentales d'occupation de s'unir pour former la République Fédérale d'Allemagne. Ce texte était alors conçu comme un document provisoire, en attendant « la Constitution qui aura été adoptée par le peuple allemand libre de ses décisions » (art. 146). Le Préambule de la Loi fondamentale insiste sur deux aspects essentiels : d'une part, le peuple allemand y manifeste sa volonté de devenir un membre à part entière de la communauté internationale et d'œuvrer pour la paix dans le monde; d'autre part, il proclame qu'il adopte cette Loi fondamentale aussi au nom de ceux des Allemands « à qui il a été interdit de collaborer à cette tâche ». Et le Préambule se conclut ainsi : « Le peuple allemand dans son ensemble, disposant librement de lui-même, reste convié à parachever l'unité et la liberté de l'Allemagne ». Alors qu’une constitution aurait eu une valeur plus définitive et aurait pu entériner prématurément un partage non reconnu par l’Allemagne occidentale, la Loi fondamentale avait pour mission de réfuter la déconstruction historique du rapport territoire-identité.

De la même façon, la RFA refusera toujours d’envoyer un ambassadeur en RDA pour ne pas être contrainte à une reconnaissance officielle, car diplomatique, de l’autre Allemagne. Il n’y aura que des « ständige Vertretungen » à l’Est : des Représentations Permanentes visant à souligner encore davantage le statut provisoire de la RDA."